L'origine des Gambier en Grande Bretagne La vie de l'Amiral James Gambier Et sa généalogie sommaire


Dans l'ouvrage " La France Protestante ou Vies des protestants Français " de Eug. et Em. HAAG , paru en 1855 chez l'éditeur Joël Cherbuliez de Paris , nous trouvons une liste de protestants français qui se sont fait un nom dans l'Histoire. Parmi cette liste nous trouvons des Gambier , protestants français qui on fuit notre pays déjà bien avant la révocation de l'Edit de Nantes pour se réfugier en Angleterre.

Extrait de cet ouvrage:

GAMBIEZ:

Nom d'une famille normande réfugiée en Angleterre , dont descendait le célèbre Amiral lord Gambier. Longtemps avant la révocation de l'édit de Nantes , une branche de cette famille avait cherché un asile dans la Grande-Bretagne, et s'était établie à Cantorbéry ; Dès 1608 , Jean GAMBIER épousa Judith CRIGNON dans l'église française de cette ville.

Son fils Gédéon eut de Jeanne BROCHE ,sa femme , Jacques GAMBIER qui se maria , en 1693 , avec Jeanne MARSELLE , fille de François MARSELLE et de Madelaine LE ROY. Quelques années plus tard , en 1700 , André GAMBIER fit célébrer dans la même église son mariage avec Madelaine de VISME , fille d'Abraham de VISME et de Suzanne Le CLERC , d'une famille originaire de la Picardie , et c'est probablement de cette alliance que naquit Marie GAMBIER , qui épousa , en 1736 , Jean-Baptiste de VISME. Nous n'avons rien à ajouter à ces renseignementsque nous puisons dans l'ouvrage de M. BURN.

Au reste , il ne paraît pas qu'il y ait eu ni alliances ni même relations intimes entre les descendants de Jean GAMBIER et ceux de Nicolas , qui ne sortit de France qu'après la révocation et qui s'établit , en 1690 , en Angleterre , où lui naquirent deux fils , nommésJames et Henri ; ( En 1688 , il y avait 3 demoiselles Gambier enfermées aux Nouvelles Catholiques de Caen , et Henri Gambier , leur frère sans doute , était aux Nouveaux-Convertis , d'où il n'était pas encore sorti en 1693).

BRANCHE AINEE :

James GAMBIER , né en 1692 ,suivit la carrière de la jurisprudence et commença la fortune de sa maison. Avocat plaidant , il s'ouvrit par son mérite les portes du conseil de la Cité de Londres , et les Réfugiés lui témoignèrent leur estime en l'élisant , en 1729 ,directeur de leur hôpital. Sa femme Mary MEAD lui donna un grand nombre d'enfants , mais la plupart moururent sans postérité , en sorte que nous ne mentionnerons spécialement que Suzanne , femme de Sir Samuel CORNISH , Marguerite ,épouse de Lord BARHAM , James , père de Sir James GAMBIER , consul-général dans les Pays-Bas , et surtout John , père de l'illustre amiral qui fait le sujet de cette notice. Second fils de John GAMBIER et de Débora STILES des Bermudes , James naquit , le 13 octobre 1756 , aux îles Bahamas dont son père était gouverneur. Il débuta fort jeune dans la marine , fut élevé, en 1778 , au grade de post-captain , et prit part à la guerre d'Amérique dans laquelle il se signala. lorsque , en 1793 , éclata entre la France et l'Angleterre la lutte terrible qui ne cessa qu'à la chute de Napoléon , GAMBIER fut placé sous les ordres de Lord HOWE , et se distingua d'une manière toute particulière à la bataille du 1er juin 1794.

Capitaine de La Défense , il fut le premier qui coupa la ligne ennemie ,exploit qui lui valut le grade de colonel de marine et le commandement du Prince George de 94.- Créé contre-amiral , au mois de juin 1795 , et vice-amiral , au mois de février 1799, il quitta , en 1801, l'amirauté où ses talents et son expérience l'avaient fait appeler dès le mois mars 1795 , pour hisser son pavillon sur le Neptune et prendre le commandement en troisième de la flotte de la Manche. L'année suivante , il fut nommé gouverneur de Terre-Neuve et commandant de la flotte qui protégeait les côtes de cette importante colonie.

En 1804 , il rentra à l'amirauté , et fut créé amiral , au mois de novembre 1805. -C'est sur lui que le choix du ministère s'arrêta , en 1807 , pour diriger l'expédition qui se préparait contre le Danemark. On sait que cette puissance , sous la pression du gouvernement français , allait se déclarer pour Napoléon et se soumettre au blocus continental. Résolu de s'y opposer à tout prix , le ministère anglais fit partir pour la Baltique l'amiral GAMBIER à la tête d'une flotte de 22 vaisseaux de ligne et d'un nombre proportionné de frégates et de bâtiments légers. - Gambier franchit le Sund , le 11 août 1807 , jeta l'ancre à Elseneur , et débarqua , le 16 , un corps de troupes considérable à Wisbeck , à dix milles au nord de Copenhague.

Dès le lendemain , la capitale du Danemark fut investie par terre et par mer , et une proclamation des généraux anglais fit connaître au gouvernement danois le but de l'expédition et les conditions auxquelles la paix sera maintenue. La principale était la remise en dépôt des vaisseaux de ligne danois, dont on craignait que les français ne s'en emparassent. Cette proclamation étant restée sans réponse , l'attaque commença le 19 . Après une énergique défense , la citadelle , l'arsenal et la flotte furent livrés aux anglais, le 7 septembre. De retour à Londres , le 2 novembre, GAMBIER fut créé baronnet, sous le nom de lord GAMBIER d'YVER, avec jouissance d'une pension de 2000 livres. il accepta le titre , mais refusa l'argent ; puis il reprit sa place à l'amirauté qu'il quitta de nouveau , en 1808, pour se mettre à la tête de la flotte de la Manche.

L'escadre de Brest ayant trompé sa surveillance et opéré sa jonction avec celles de Toulon et de Rochefort , il rallia le contre- amiral STROFORD et jeta l'ancre ,le 17 mars 1809 , dans la rade des Basques. Le 24 au soir , le feu commença ,et la flotte française fut presque entièrement détruite. COCHRANE ,dont les brûlots avaient principalement contribué à la victoire , voulait qu'on anéantit les débris de la flotte française , mais GAMBIER refusa de suivre son avis , et , le 29 , il remit à la voile pour l'Angleterre ; aussi fut-il presque accusé de trahison par son lieutenant. toutefois les chambres lui votèrent des remerciements. -En 1811 , il rentra dans ses foyers.- En 1814 , il fut un des commissaires chargés de poser les bases du traité de paix entre l'Angleterre et les Etats-Unis , et à cette occasion , il fut décoré de l'ordre du Bain. Ce fut le dernier service qu'il rendit à sa patrie. Il mourut le 19 avril 1833 , ne laissant pas d'enfants de sa femme Louisa MATTHEW.

Son frère ainé SAMUEL GAMBIER , commissaire dela flotte royale , avait eu, au contraire , une nombreuse postérité ; JANE MATTHEW l'avait rendu père de quatorze enfants , mais aucun d'eux n' a joué un rôle quelque peu considérable. Le plus connu de ses fils est ROBERT , qui fut capitaine de vaisseau et qui épousa , en 1815 ,Caroline-Gore BROWNE,fille du gouverneur de Portsmouth ( p.s. :le colonel d'artillerie Gambier qui vient d'être blessé à la bataille d'Inkermann , est peut-être son fils , ). - L'ainée des filles , Mary , devint , en 1813 , la femme de Thomas PARRY. La troisième, Emily-Jane, se maria ,en 1816 ,avec Edward Morant GALE, et la cinquième Caroline-Pénélope , en 1819, avec James Gordon MURDOCK.

Outre ses deux fils Samuel et James , et sans parler de deux autres morts sans enfants , John GAMBIER avait laissé quatre filles qui contractèrent de grandes alliances. Mary épousa l'amiral Samuel CORNISH ; Suzanne devint la femme de Richard SUMMER ; Harriet se maria avec Lascelles IREMONGER ,prébendaire de Winchester , et Margaret épouse de William Morton PITT ,membre du parlement , lui donna une fille , nommée Mary , qui s'alia , en 1806 , au comte de ROMNEY.

BRANCHE CADETTE :

HENRI GAMBIER , né en 1694, ne nous est connu que comme le fondateur de cette branche , qui ne comptait plus , il y a déjà quelques années , qu'un seul représentant mâle , à savoir JAMES-EDWARD GAMBIER , recteur de Langley dans le Kent , et auteur d'une " Introduction to the study of moral evidences , or of that species of reasoning wich relates to matters of fact and practice , with an Appendix on debating for victory and not for truth " ( London 1806/1808/1810, in-12).

Descendance de NICOLAS GAMBIER, N° 3072

3072 NICOLAS GAMBIER, N° 1 N: ../../1665

.... 3072-1 JAMES GAMBIER N: ../../1692
.... 3072-1 Avocat
.... 3072-1 x Mary MEAD

.... .... 3072-1.1 Suzanne GAMBIER
.... .... 3072-1.1 x Samuel CORNISH
.... .... 3072-1.1 Sir
.... .... 3072-1.2 Marguerite GAMBIER
.... .... 3072-1.2 x .. BARHAM
.... .... 3072-1.2 Lord
.... .... 3072-1.3 JAMES GAMBIER

.... .... .... 3072-1.3.1 James GAMBIER
.... .... .... 3072-1.3.1 Sir James G. , Consul Général aux Pays-Bas


.... .... 3072-1.4 John GAMBIER
.... .... 3072-1.4 Gouverneur des Bahamas
.... .... 3072-1.4 x Débora STILES

.... .... .... 3072-1.4.1 Samuel GAMBIER
.... .... .... 3072-1.4.1 Commissaire de la Flotte Royale
.... .... .... 3072-1.4.1 x Jane MATTHEW

.... .... .... .... 3072-1.4.1.1 Robert GAMBIER
.... .... .... .... 3072-1.4.1.1 Capitaine de vaisseau
.... .... .... .... 3072-1.4.1.1 x Caroline-Gore BROWNE
.... .... .... .... 3072-1.4.1.2 Mary GAMBIER
.... .... .... .... 3072-1.4.1.2 x Thomas PARRY
.... .... .... .... 3072-1.4.1.3 Emily-Jane GAMBIER
.... .... .... .... 3072-1.4.1.3 x Edward Morant GALE
.... .... .... .... 3072-1.4.1.4 Caroline-Pénélope GAMBIER
.... .... .... .... 3072-1.4.1.4 x James Gordon MURDOCK

.... .... .... 3072-1.4.2 Mary GAMBIER
.... .... .... 3072-1.4.2 x Samuel CORNISH
.... .... .... 3072-1.4.2 Amiral
.... .... .... 3072-1.4.3 Suzanne GAMBIER
.... .... .... 3072-1.4.3 x Richard SUMMER
.... .... .... 3072-1.4.4 Harriet GAMBIER
.... .... .... 3072-1.4.4 x Lascelles IREMONGER
.... .... .... 3072-1.4.4 Prébendaire de Winchester
.... .... .... 3072-1.4.5 Margaret GAMBIER
.... .... .... 3072-1.4.5 x William Morton PITT
.... .... .... 3072-1.4.5 Membre du Parlement

.... .... .... .... 3072-1.4.5.1 Mary PITT
.... .... .... .... 3072-1.4.5.1 x ... de ROMNEY
.... .... .... .... 3072-1.4.5.1 Comte


.... .... .... 3072-1.4.6 James GAMBIER N: 13/10/1756
.... .... .... 3072-1.4.6 Amiral , Lord , Baron
.... .... .... 3072-1.4.6 x Louisa MATTHEW


.... 3072-2 HENRI GAMBIER N: ../../1694

.... .... 3072-2.1 ... GAMBIER

.... .... .... 3072-2.1.1 JAMES-EDWARD GAMBIER
.... .... .... 3072-2.1.1 Recteur de Langley (Kent)


retour à la page d'accueil